Rencontre avec le Président de la Métropole

Lors de la rencontre avec les syndicats organisée par le président de la Métropole le 26 février dernier, la CGT a décidé de ne pas participer au tour de table dans l’attente de réponses précises sur les revendications qu’elle a successivement portées, au nom des personnels, lors de la première rencontre du 7 septembre 2017 avec le nouveau Président David Kimelfeld,  et par de nombreux courriers restés sans réponses à ce jour.

15 revendications locales prioritaires que nous portons pour la Métropole de Lyon

  • Respecter le droit syndical et les représentants du personnel dans les instances paritaires :
    – CAP : Consulter cette instance sur des critères partagés et équitables pour les avancements de grade. Instaurer un débat sur les éventuelles « erreurs manifestes d’appréciation », en évitant des décisions arbitraires de la direction générale non motivées.
    – CT : Respecter les débats sur les questions de fond et prendre en compte les avis des représentants du personnel
    – CHSCT : mieux analyser de façon paritaire les accidents de service et donner suite aux demandes, pour préserver la santé au travail des agents (obligation légale de l’employeur). Mise en oeuvre urgente du plan de prévention des risques psycho-sociaux.
  • Revenir et/ou maintenir en Régie directe les missions de service public
  • Arrêter des pratiques du style « management autoritaire et discrétionnaire »
  • Pratiquer l’égalité de traitement des agents de la Métropole de Lyon dans toutes les directions
  • Respecter l’égalité professionnelle hommes/femmes
  • Faire converger les régimes indemnitaires par le haut (à travail égal, rémunération égale)
  • Augmenter le régime indemnitaire de grade de 104 €/ mois pour tous
  • Porter la valeur faciale du ticket restaurant à 9,00 € (avec maintien de la part employeur à 60 %)
  • Augmenter la participation au budget du COS de 0,9 à 1,3 % de la masse salariale
  • Généraliser des ratios d’avancement de grade à 100 %
  • Donner la priorité aux recrutements de personnel statutaire
  • Respecter le cadre légal relatif à la récupération des heures supplémentaires effectuées par les cadres (Réunions de concertation, présentations aux différentes instances, surcroît de travail périodique, …)
  • Refuser la mutualisation des agents et des services dans le seul objectif d’austérité budgétaire
  • Augmenter la participation employeur pour la protection santé (36 € individuel ; 70 € famille)
  • Établir un plan de déplacement Métropole de Lyon et permettre de nouveaux modes de travail :
    – Plan de déplacement administration spécifique adapté à la Métropole de Lyon
    – Télétravail
    – Organisation du travail sur 4 jours/semaine

6 revendications nationales prioritaires pour la Métropole de Lyon

Nous demandons au Président de la Métropole de Lyon de porter au niveau National les revendications légitimes suivantes :

  • Faire décider le passage de l’indemnité de résidence pour l’ensemble des agents de la Métropole Européenne de Lyon au taux de 3 % comme à Paris, Marseille,… (Argumentaire : évolution démographique, hausse des prix de l’immobilier, Lyon classé « ville touristique »)
  • Négocier le passage en catégorie B des agents de maîtrise (comme à Paris)
  • Négocier le passage en catégorie A des travailleurs sociaux (reconnaissance des qualifications et des compétences)
  • Faire procéder à la certification professionnelle des diplômes d’urbanisme de niveau Master (Bac +5)
    Cette reconnaissance permettrait, notamment, de redonner la possibilité à leur titulaire de s’inscrire au concours d’ingénieur territorial et de sécuriser leurs parcours professionnels au sein de la fonction publique territoriale.
  • Appuyer les reconnaissances des équivalences de diplômes auprès d’organismes, comme le CNFPT
    Par exemple, pour la filière sociale, maîtrise en sociologie et/ou développement social (Niveau 2) avec le Certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale (Niveau 2).
  • Faire à nouveau supprimer le jour de carence pour la fonction publique (rétabli au 1er janvier 2018)

Les réponses apportées ce jour par le président :

  • Augmentation de la masse salariale de + 1,8 % pour 2018
  • Extension du Régime Indemnitaire de Fonction en 2018 (postes d’expertise ou à « forte valeur ajoutée » !)
  • Lancement de l’expérimentation du télétravail
  • Pause de 2 ans pour la mise en oeuvre des réorganisations
  • Poursuite de la feuille de route RH (liens DRH et SRH déconcentrés)
  • Réflexion sur les aides possibles aux aidants-familiaux
  • Reprise en régie directe de certaines missions d’assistance à maîtrise d’ouvrage
  • Conditions de travail : étude et amélioration de l’organisation spatiale des espaces de travail

ne sont pas à la hauteur des attentes des personnels en termes de reconnaissance de leur investissement au quotidien pour assurer, dans des conditions parfois très précaires, toutes les missions de service public à destination des habitants et de tous les usagers.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *