CAP 2022 (SUITE) : LA « MAGIE » DU NUMÉRIQUE ! (tribune de décembre 2018)

Les propositions 3 et 4 du rapport sur le service public préconisent d’investir fortement dans le numérique pour offrir un service public augmenté, plus efficient… et source d’économies de fonctionnement substantielles !

Réunions numériques, médiation numérique, télémédecine, robots physiques d’accueil, rapprocheraient l’usager de l’administration sur les territoires.
La « machine » traitera toutes nos données personnelles et professionnelles dans l’objectif de produire un service public « sur mesure » adapté aux besoins de chaque citoyen. Sera-t-il possible de sortir un jour de la case dans laquelle on sera enfermé au départ ?
Le croisement des données inter-administrations permettraient par exemples, de construire de meilleurs systèmes de prévention dans le domaine de la dépendance, d’améliorer le traitement des dossiers pour les personnes en situation de handicap ou d’apporter une aide à la décision pour les magistrats (sic).
La CGT alerte sur les dérives possibles du tout numérique avec notamment la déshumanisation des relations avec l’usager mais aussi la déresponsabilisation des agents devenus polyvalents pour le traitement des dossiers.
Il existe aussi un fort risque d’isolement par le numérique des personnes les plus démunies ou des personnes âgées.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *