La CGT a rencontré le président Kimelfeld le 15 janvier

Revendications portées par les syndicats CGT  à monsieur David Kimelfeld, à l’occasion de la réunion bilatérale du 15 janvier 2019.

La CGT a mis  en avant sa demande d’un réel dialogue social de progrès. C’est pourquoi nous revendiquons :

  • Un dialogue, qui ne soit pas un « monologue patronal » à l’image de ce que nous avons vécu à la Métropole lors du précédent mandat ;
  • Une gouvernance interne repensée : la Métropole est devenue une institution technocratique qui laisse peu de place dans le dialogue social aux élus politiques (hormis les élus en responsabilité sur le champ des ressources humaines). En tant qu’organisation syndicale, c’est pourtant avec les élus, et pas seulement avec le Président ou les Vice-Présidents et l’administration que nous voulons travailler ;
  • Une prise en compte des propositions émanant des organisations syndicales ;
  • Un respect effectif des engagements de la collectivité et l’élaboration de véritables accords sur les sujets importants ;
  • Des moyens syndicaux à la hauteur des enjeux que nous avons dans la collectivité.

La question de l’équité de traitement a été le credo revendicatif de la CGT lors de la mise en place de la Métropole et depuis lors. En conséquence, nous revendiquons :

  • La revalorisation des régimes indemnitaires : Remise en chantier de l’ensemble des régimes indemnitaires et pas d’individualisation des primes ; Équité entre filières administratives, technique et sociales.
  • Le passage des quotas à 100% pour les avancements de grade pour un avancement linéaire et équitable des carrières et pour redonner des éléments d’espoir de progression individuelle et de motivation aux agents.
  • La mise en place d’un débat sur l’égalité femmes / hommes au sein de la Métropole.

La CGT  considère que le climat social, les conditions de travail et la gestion des ressources humaines ne sont pas en adéquation avec les ambitions de la collectivité. Sur les chantiers ci-dessous nous revendiquons :

  • Mutuelle et prévoyance: Nous demandons que la participation employeur soit fortement revue à la hausse, pour la santé et prévoyance,  et davantage calée sur les niveaux de revenus et configurations familiales.
  • Reclassement: la CGT souhaite interpeller le Président sur la problématique du reclassement, suite à l’absence prolongée d’agents, pour cause de maladie notamment.
  • Temps et rythmes de travail: nous demandons la remise en débat de la question des temps et rythmes de travail avec un retour à la possibilité, même partielle, de travailler 4 jours par semaine, en repensant les cycles de travail  et le respect des limites légales de travail pour tous les agents, y compris les cadres, permettant le partage du travail, grâce au recrutement de nouveaux agents, et le respect de l’équilibre vie pro/vie perso.
  • L’accélération de la mise en place du télétravail.
  • Prévention des RPS et gestion des ressources humaines : nous revendiquons une amélioration de la prévention des RPS et de la gestion des ressources humaines
  • Réorganisations : nous réitérons notre demande de bilans sincères des réorganisations

Au plan national, nous demandons :

  • Passage de l’indemnité de résidence à 3%, comme en région parisienne et l’intégration des agents de maitrise en catégorie B, comme à Paris également.
Imprimer cet article Télécharger cet article

2 réactions on “La CGT a rencontré le président Kimelfeld le 15 janvier”

    1. Vous avez raison, pour nous l’équité de traitement concerne toutes les filières, pour tous les agents employés par la Métropole et que la liste que nous avons faite n’est pas exhaustive, ce que nous aurions dû préciser dans notre texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *