Lettre ouverte au Président : les élus CGT ne participeront pas à son petit déjeuner !

Monsieur le Président,

Nous vous informons que les représentants CGT des instances paritaires de la Métropole de Lyon ne participeront pas au petit déjeuner organisé par vos soins le 30 novembre 2018.

En effet, depuis le début de la mise en place, à marche forcée, de notre nouvelle collectivité Métropole de Lyon, nous nous heurtons à une absence quasi systématique d’écoute de votre administration sur nos propositions dans les instances.

Nous n’avons pas de véritable dialogue social constructif sur des sujets essentiels pour les agents comme le temps de travail, la rémunération, les avancements de grade, etc. Sur les défenses individuelles des personnels, nous sommes obligés de consacrer une énergie démesurée avec des relances multiples inadmissibles, des mises en contradictions successives de l’administration, des démonstrations répétées de manquements graves de la hiérarchie,… pour arriver à des demi-mesures mineures à terme !

Malgré nos nombreuses alertes, il y a une obstination de votre hiérarchie à appliquer les règles de manière divergentes selon les délégations et un manque de confiance des agents envers certains SRH, DRH et responsables de services s’est installé. Nos organisations syndicales CGT s’avèrent trop souvent contraintes de faire le travail des services ressources ou de faire rectifier des informations erronées données aux agents pour les rétablir dans leurs droits.

Les dossiers présentés par l’administration en comité technique font l’objet d’un vote, que nous soyons d’accord ou pas : le passage en force en deuxième séance reste trop souvent de mise sur des sujets essentiels. Le bilan, très attendu de la réorganisation de la DDUCV, présenté en octobre dernier, a bien démontré les aléas de ce type passage en force, sans aucune prise en compte de nos avis préalables.

En revanche, les dossiers présentés en comité technique par les organisations syndicales majoritaires n’ont été pris en compte que de façon très modeste malgré les avis favorables rendus.

Comme au niveau national, l’exécutif de la Métropole de Lyon, par ses refus systématiques des propositions ou revendications, discrédite gravement les organisations syndicales aux yeux des agents.

L’actualité récente démontre parfaitement le résultat du mépris des dirigeants envers les « corps intermédiaires », qui ne sont plus considérés comme représentatifs de la population. Bientôt, des face-à-face extrêmement risqués, car non encadrés, interviendront en prise directe, population/élus, avec tous les débordements possibles que l’on commence à constater.

A la Métropole de Lyon, la multiplication des collectifs professionnels et des lettres d’alertes anonymes est très révélatrice de cette dérive due à la stigmatisation de leurs représentants dans les instances. Un jour aussi, l’exaspération pourrait bien conduire à des débordements dont les conséquences ne seraient plus maîtrisables, ni par nous, ni par vous !

Vous comprendrez que ces constats ne permettent pas aux élus de la CGT d’accepter votre invitation à « fêter » la vie démocratique interne à notre collectivité pour le mandat 2015-2018.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations les meilleures.

Djamel Mohamed, Secrétaire général CGT Métropole de Lyon

Dominique Raquin, Secrétaire général UFICT-CGT Métropole de Lyon

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *